L'Agenda durable est opérationnel ! Si vous souhaitez nous aider et ajouter les événements qui se passent près de chez vous, il vous suffit de vous inscrire !

Collectif Non à la très haute tension

Sigle : Collectif Non à la très haute tension
8 Rue Ampère

Description

Les Etats et l'Europe ont pris leur décision quant à la ligne THT. Nous sommes TOUJOURS opposés à cette ligne mais ne pouvant nous opposer de front à ces décisions injustes et mercantiles, nous nous devons de veiller aux intérêts de la population et surveiller de bout en bout la réalisation de cette ligne.

Nouveaux objectifs, nouveau site. Par ce média nous vous rendrons compte de ces travaux à tout moment et alerterons la population sur les risques de dérapages de RTE, sur les manquements de RTE par rapport aux déclarations officielles (du ministre d'Etat M. BOORLO).

Restons vigilants - restons unis

Le débat public de 2003 et la très importante mobilisation des populations et des élus, ont permis de faire reconnaître des exigences fortes en matière de santé et d’environnement. Ces actions ont débouché sur l’abandon par les pouvoirs publics d’une ligne aérienne dans la plaine du Roussillon et le Vallespir.

Aujourd’hui la France et l’Espagne, avec l’appui total de l’Europe, nous imposent une ligne d’un autre type, totalement enfouie et en courant continu, qui doit majoritairement suivre les infrastructures existantes ou en projet (autoroute, TGV).

 

Historique :

Le collectif est une association LOI 1901 réunissant toutes les associations oeuvrant contre le projet EDF d'installation de deux lignes très haute tension de 400 000 volts chacune dans le département des PYRÉNÉES ORIENTALES , en direction de Espagne.

Le Collectif est composé de 23 associations.  Il constitue un mouvement citoyen apolitique qui est né de la volonté de s'opposer au projet de ligne à très haute tension THT dont les conséquences seront néfastes pour les PYRÉNÉES ORIENTALES. Il comprend des associations de défense de l'environnement, de l'économie et des associations culturelles.
Suite au choc pétrolier de 1973, fait prévaloir une politique énergétique fondée sur le nucléaire, impliquant un maillage serré de lignes TRÈS HAUTE TENSION à travers le pays afin d'assurer le transport de l'énergie produite et non stockable.

1984 : L'ESPAGNE VEUT INTÉGRER LE MARCHE COMMUN Signature d'un accord Franco - Espagnol pour vendre de l'électricité française à l'Espagne.

TRACéS ENVISAGES :

LE PAYS BASQUE. Le premier tracé de la ligne TRÈS HAUTE TENSION passait par le Pays Basque, mais l'agitation sociale et la présence de l'E.T.A. font converger les choix vers les Pyrénées Centrales.
LE VAL D'ARAN. Le Val d'Aran est pressenti puis abandonné car la ligne TRÈS HAUTE TENSION aboutissait de l'autre côté des Pyrénées dans une station de ski réputée (Baqueira Everet) fréquentée par la Famille Royale Espagnole.
LA VALLEE DE LOURON. Plusieurs tracés sont alors envisagés, parmi lesquels est retenu celui du Val de Louron dans les Hautes Pyrénées.

1994 : DÉCLARATION EUROPÉENNE Les Chefs d'État Européens, déclarent le projet d'une nouvelle ligne TRÈS HAUTE TENSION, entre la France et l'Espagne, d'intérêt Communautaire.

1995 : LA VALLEE DU LOURON EST CLASSÉE RESERVE NATURELLE

1996 ABANDON DU PROJET DE LA VALLEE DU LOURON Au mois de Mars, le Premier Ministre, ALAIN JUPPE, signe par décret, l'abandon du tracé de la ligne TRÈS HAUTE TENSION CAZARIL - ARAGON par la Vallée du Louron , après 12 ans de lutte acharnée des Habitants, soutenus par les Elus .

1997 : Nouvel accord franco espagnol signé entre Jorge FABRA, Président de R.E.E.(Red Electrica de Espana) et Pierre DAURES , Directeur Général d'EDF qui tente de sortir de l'impasse dans laquelle EDF s'est trouvée ainsi fourvoyée sans concertation ni étude d'impact auprès des populations concernées.
L'accord stipule qu'EDF devra verser 60 millions de francs d'astreinte par année de retard si aucun tracé n'est réalisé avant le 1er Janvier 2007.

Un premier acompte de 1,3 milliard de francs versé par EDF suivi d'indemnités évaluées à 12 milliards de francs par le gouvernement espagnol versées sous diverses formes (baisses de tarifs…) jusqu'en 2010 terme du contrat, d'où l'urgence pour EDF de mettre en œuvre son nouveau tracé et ligne T.H.T.

LES PYRÉNÉES ATLANTIQUES ET LA HAUTE GARONNE DISENT NON AU PROJET - Au mois de Juin, les élus des Pyrénées Atlantique et de la Haute Garonne avec l'appui de Lionel Jospin , émettent un avis défavorable sur un projet de ligne TRÈS HAUTE TENSION dans leur département. L'ARIÈGE RENONCE ÉGALEMENT AU PROJET - Le 18 Décembre, le Conseil Général de l'Ariège, se prononce contre la création d'une ligne TRÈS HAUTE TENSION, dans son département.

1999 ABANDON DU PROJET DANS L'ARIÈGE - Au mois de Mars, le gouvernement annonce officiellement l'abandon du projet dans l'Ariège

2001 APRÈS TOUS CES ÉCHECS LE LONG DE LA CHAÎNE DES PYRÉNÉES , LE DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES ORIENTALES EST VISE :
- Au mois de Juillet, le Secrétaire d'État à l'Industrie, Christian PIERRET, annonce l'ouverture d'une concertation locale dans les Pyrénées Orientales sur le renforcement des échanges électriques avec l'Espagne.
- Le 11 Octobre, l'intérêt communautaire du projet est une nouvelle fois affirmé lors du sommet Franco - Espagnol de Perpignan.
- Le 17 Décembre : ouverture de la procédure de pré
- concertation Ceci est la première étape pour tenter de faire valider l'aire d'étude de R.T.E. (Réseau de Transport d'Électricité)

2002 MOBILISATION DES HABITANTS ET DES ÉLUS CONTRE LE PROJET D'IMPLANTATION D'UNE LIGNE TEES HAUTE TENSION, EN PYRÉNÉES CATALANES.
- De très nombreux conseils Municipaux délibèrent défavorablement à l'implantation de la ligne THT .
- Le 7 Février, le Conseil Général des Pyrénées Orientales vote une délibération hostile à l'implantation aérienne de la ligne TRÈS HAUTE TENSION dans le département.
- Le 14 Février, la Commission Nationale du Débat Public, saisie par les Associations de défense de l'environnement retient le principe d'un débat sur ce projet.
- Le 15 Mars, les représentants de 35 Communes se réunissent à Villemolaque et décident de rejeter globalement le projet de ligne TRÈS HAUTE TENSION dans le département.
- Le 3 Octobre Plusieurs associations décident de mettre leurs efforts en commun et constituent le COLLECTIF NON à la THT des Pyrénées Orientales.
- Le 28 Octobre, les Maires des Pyrénées Orientales, adoptent, au cours de leur congrès annuel, une motion contre l'installation d'une LIGNE TRES HAUTE TENSION dans le département.
- Le Collectif organise un cycle de réunions d'information-débat : Le Soler, Pollestres, Saint Estéve, Pézilla, Le Boulou, Villemolaque, Thuir, Perpignan...

2003 - Le 24 Janvier, le Collectif NON à la THT, et la Municipalité du Soler, ont installé à l'entrée de la Ville, une banderole intitulée, " LE SOLER DIT NON A LA LIGNE TRES HAUTE TENSION " Les autres communes vont faire de même.
- Du 21mars au 27 juin : se déroule le Débat Public demandé par l'association ECCLA membre du collectif.
- Le 31 mai : a lieu à Perpignan une manifestation regroupant plus de 10 000 personnes avec la présence de élus les plus importants du département de gauche et de droite.
- Juillet : suite à la clôture du Débat Public, le Collectif NON à la THT qui a été un acteur très actif dans ce débat rédige un cahier d'acteur.
- Suite à la publication des conclusions du Débat Public les collectifs d'associations et d'élus déposent auprès du préfet une demande de rendez vous avec la Ministre de l'Industrie et la Ministre de l'Environnement. Ces dernières refusent de nous recevoir.
- Septembre : les maires du département créent le SYDECO comprenant plus de 100 communes et présidé par M. Jean Claude PERALBA Maire de Villemolaque.
Une de leurs premières décisions a été de refuser de recevoir RTE dans leurs communes.
- De septembre à décembre : le collectif affine en interne la réflexion sur la problématique des lignes THT et les options en matière d'énergie. Il poursuit ces réunions d'information (Millas, Amélie, Elne Cabestany…).
- Le 2 octobre : RTE lors d'une conférence de presse et par une décision du conseil d'administration de E.D.F déclarent maintenir le projet initial de ligne 400 000 volts double circuit entre Baixas et Bescano, quelques " options complémentaires " sont étudiées.
Lors de cette conférence RTE annonce une nouvelle ligne plus à l'ouest dans les Pyrénées.
- En décembre : le Collectif réunit à Carcassonne les associations de la chaîne des Pyrénées luttant contre l'implantation des THT. Il est décidé face au refus de RTE de tenir compte des conclusions du Débat Public de mettre en place une manifestation à Perpignan et à St Girons. Le SYDECO valide cette manifestation sur Perpignan.

L'association ECCLA , par le biais de la F.N.E. saisi la commission nationale du débat public. Celle ci retient le principe d'organiser un débat public lors de sa séance du 14 février 2002.

COMMENT ADHÉRER COLLECTIF Nous aider financièrement au titre de membre bienfaiteur. Dans ce cas il vous suffit de nous envoyer votre don par chèque libellé à l'ordre de "Collectif 'Non à la THT' " à l'adresse suivante 8rue Ampère LE SOLER 66270

Nous rejoindre dans notre action et travail par le biais d'une association adhérente du collectif. Il vous suffit de choisir parmi les associations, celle qui correspond le mieux à vos aspirations ou celle la plus proche de votre domicile et ensuite d'envoyer votre règlement d'adhésion par chèque libellé à l'ordre de l'association choisi à l'adresse suivante : 2 rue ampère LE SOLER 66270

Devenir une SECTION de notre collectif et faire le relais avec les habitants de votre commune. Il suffit d'être au minimum 2 personnes et de créer une section rattachée au collectif. Pas de formalité à remplir, pas de formalisation de la section, une simple adhésion annuelle de 30 euros par section .

Possibilité d'assister aux assemblées et réunions de travail du collectif. Demande à soumettre au collectif avec nom et adresse des personnes constituant la section. (1 section par commune)